Girl online and hitch get acquainted



Girl online and hitch get acquainted



Girl online and hitch get acquainted




Baisse de libido masculine que faire a londres

Les hommes aussi "ont la migraine". En panne de désir, ils sont de plus en plus nombreux à consulter un sexologue. Ils ne souffrent pas de troubles de l’érection, simplement, faire l’amour ne les intéresse pas. Comment expliquer cette baisse de libido ?

Bernadette Costa-Prades

Sommaire

« Quand un couple me consulte pour un problème de désir, je ne me risque plus à me tourner vers la femme pour demander : “Depuis quand, madame ?” » confie Sylvain Mimoun en souriant. Car ce trouble, longtemps féminin, a gagné les hommes. « Peut-être leurs femmes s’en plaignaient-elles moins auparavant, avance le médecin sexologue. Peut-être aussi les hommes confondaient-ils trouble de l’érection et perte de désir. Avant, quand l’un deux me disait qu’il n’avait plus de désir, en investiguant un peu, je me rendais compte qu’il avait surtout peur que son érection ne tienne pas. Aujourd’hui, ceux qui viennent me consulter ont bien une érection, mais ils n’en font rien. » Le vrai trouble du désir est bien là : avec ou sans Viagra, faire l’amour ne les intéresse pas… ou plus. Passage en revue de ce qui peut entraîner cette fuite du désir.

Une tyrannie des valeurs dites féminines

Pour expliquer cette baisse de libido masculine, la psychanalyste Hélène Vecchiali dénonce tout d’abord une forme de violence insidieuse : « La société valorise le féminin de façon éhontée. La douceur, la parole, le consensus, au détriment de ce qui est pointu, piquant, tranchant. Il est demandé aux hommes de développer des qualités féminines, comme si les femmes avaient tout juste et les hommes tout faux ! » Comment en rester un quand tout ce qui est constitutif du masculin est considéré comme brutal, agressif, violent ? Comment désirer avec des valeurs et des mots étrangers à soi ? Les femmes n’ont pourtant rien à gagner de cette dévalorisation des valeurs masculines. « Elles ont besoin d’admirer un homme pour l’aimer, poursuit la psychanalyste. Besoin aussi d’être désirées, car elles ont à réparer une double blessure imaginaire : celle d’avoir déçu leur mère en n’étant pas le garçon qui l’aurait comblée, à laquelle s’ajoute la peine d’avoir dû renoncer à leur père qui préférait leur mère. Les femmes sont donc perdantes sur les deux tableaux : elles vivent avec des hommes qu’elles n’admirent plus et qui ne les désirent plus. »

La peur de la rencontre

A découvrir

Jacques Arènes, auteur de Lettre ouverte aux femmes de ces hommes (pas encore) parfaits… (Fleurus).

Absence de désir ne signifie pas toujours absence de relation sexuelle, comme le rappelle le psychanalyste Jacques Arènes : « C’est surtout vrai chez une partie des hommes jeunes, pratiquant le sexe de façon mécanique, la tête et le coeur ailleurs. Ils font partie de la génération élevée avec les films porno : ils ont une sexualité cadrée, des attentes précises, mais sont absents de la relation. Il est étonnant de constater que de plus en plus de jeunes côtoient les clubs échangistes, fréquentés jusque-là par des couples installés voulant redynamiser leur sexualité. Cette pratique traduit une perte de désir qu’il faut vaincre à tout prix, à coups de stimuli de plus en plus forts. Existe ensuite une certaine saturation autour d’une sexualité envahissante. Or, le désir se nourrit toujours d’un peu de manque. » Pour le psychanalyste, ces relations non habitées par le désir sont surtout une façon de se protéger : « Avoir du désir pour une femme, supporter la vraie rencontre affective et sexuelle est excitant, mais aussi inquiétant, l’homme sait qu’il prend le risque de souffrir. » Une posture longtemps réservée aux femmes, un danger qu’il ne veut pas courir.

Des femmes sexuellement exigeantes

Pendant des siècles, seul a compté le plaisir masculin. Époque heureusement révolue : l’homme d’aujourd’hui sait qu’il ne suffit pas qu’il ait une érection et un orgasme, mais qu’il doit donner du plaisir à sa compagne de jeu. Or, certaines femmes établissent une frontière très floue entre accès à la jouissance et exigence de plaisir. Des remarques parfois acerbes peuvent être dévastatrices pour le désir : « Une critique sexuelle s’inscrit dans la mémoire de l’homme de façon indélébile, il s’en souviendra toute sa vie », note Sylvain Mimoun. C’est ainsi que la peur de ne pas faire jouir sa partenaire se tapit derrière bien des pertes de désir. Et que l’on voit des hommes se détourner d’une sexualité qui les met en danger.

Une affaire d'hormones

A découvrir

Ronald Virag, auteur du Sexe de l’homme (Albin Michel).

Toute perte de désir devrait faire l’objet d’une consultation médicale, avant toute investigation psychologique, préconise le docteur Ronald Virag, spécialiste des dysfonctions sexuelles masculines. En effet, chez l’homme, le désir est dépendant de son taux de testostérone. Celui-ci est présent dans le sang à raison de trois à douze nanogrammes par millilitres. En dessous, on assiste à une baisse significative de l’appétit sexuel. D’autres paramètres biologiques interviennent également, notamment les hormones hypophysaires et hypothalamiques, ainsi que les neurotransmetteurs cérébraux (dopamines, endorphines, ocytocines…). Ajoutons que certains médicaments inhibent la production de testostérone, ceux qui contiennent de la prolactine par exemple. Un apport d’hormones peut alors être prescrit.


Girl online and hitch get acquainted



Girl online and hitch get acquainted



Girl online and hitch get acquainted





Related news

Capcoal accommodation village middlemount aerodrome
Damodaran md indiana
Ramiro pinilla aquella edad inolvidable reik
Oldcotes car boot sale directions from mapquest
Cyber bus banque populaire des
Boris verkhovsky cirque du soleil
Los cubios para que sirven
Noosaville holiday accommodation