Girl online and hitch get acquainted



Girl online and hitch get acquainted



Girl online and hitch get acquainted




La cage thoracique respiration process

Les organes de l'appareil respiratoire régissent les échanges gazeux ayant lieu .... expulsé au cours de la première seconde d'une expiration forcée (après une ...

RESPIRATION PLAN : CHAPITRE I CHAPITRE II CHAPITRE III CHAPITRE IV CHAPITRE V TERMINOLOGIE MEDICALE
ORGANISATION DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE METHODES D’EXPLORATION ET PATHOLOGIES DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE PHYSIOLOGIE DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP LE TABAGISME, UNE TOXICOMANIE
PLAN DETAILLE : CHAPITRE I : ORGANISATION DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE I 1 ANATOMIE DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE I 2 RELATIONS VASCULAIRES CŒUR-POUMONS I 3 HISTOLOGIE DES STRUCTURES RESPIRATOIRES I 3.1 HISTOLOGIE DES VOIES RESPIRATOIRES I 3.1.1 DESCRIPTION DES STRUCTURES HISTOLOGIQUES. I 3.1.2 RELATIONS STRUCTURE-FONCTION. I 3.2 HISTOLOGIE DE LA BARRIERE ALVEOLO-CAPILLAIRE
CHAPITRE II : METHODES D’EXPLORATION ET PATHOLOGIES DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE II 1 METHODES D’EXPLORATION II 1.1 IMAGERIE MEDICALE II 1.2 MESURE DES VOLUMES ET DEBITS RESPIRATOIRES : LA SPIROMETRIE II 2 PATHOLOGIES LIEES A LA QUALITE DE L’AIR II 3 PATHOLOGIE LIEE A UN FACTEUR GENETIQUE
CHAPITRE III : PHYSIOLOGIE DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE III 1 PRESENTATION DES ECHANGES RESPIRATOIRES III 2 MECANISMES DES ECHANGES GAZEUX III 2.1 AU NIVEAU DES POUMONS III 2.2 AU NIVEAU DES TISSUS III 2.3 BILAN III 3 TRANSPORT DES GAZ SANGUINS III 3.1 STRUCTURE DE L’HEMOGLOBINE III 3.2 TRANSPORT DU DIOXYGENE = O2 III 3.2.1 COMBINAISON O2 A L’HEMOGLOBINE III 3.2.2 COURBES DE SATURATION DE L’HEMOGLOBINE III 3.2.3 MODIFICATIONS DE LA SATURATION DE L’HEMOGLOBINE III 3.2.3.1 EXPERIENCES III 3.2.3.2 TRANSPOSITION DE CES EXPERIENCES AUX ECHANGES GAZEUX PULMONAIRES ET TISSULAIRES. III 3.2.3.3 LE MONOXYDE DE CARBONE = CO III 3.3 TRANSPORT DU DIOXYDE DE CARBONE = CO2 III 3.3.1 FORME DISSOUTE III 3.3.2 FORMES COMBINEES III 3.3.2.1 IONS HYDROGENOCARBOMATES III 3.3.2.2 COMPOSES CARBAMINES OU CARBAMATES III 3.3.2.3 SCHEMAS FONCTIONNELS DES ECHANGES DE CO2
CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP IV 1 QUELQUES DEFINITIONS IV 2 L’ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE IV 2.1 STRUCTURE DE L’ATP IV 2.2 ROLE DE L’ATP IV 2.3 SYNTHESE DE L’ATP IV 2.3.1 CATABOLISME DU GLUCOSE IV 2.3.1.1 CATABOLISME DU GLUCOSE EN AEROBIOSE IV 2.3.1.2 CATABOLISME DU GLUCOSE EN ANAEROBIOSE IV 2.3.2 CATABOLISME DES LIPIDES ET DES PROTIDES.
CHAPITRE V : LE TABAGISME, UNE TOXICOMANIE V 1 EPIDEMIOLOGIE V 2 LES 2 FORMES DE TABAGISME : ACTIF ET PASSIF V 3 LES CONSTITUANTS PRINCIPAUX DE LA FUMEE V 4 CONSEQUENCES PHYSIOLOGIQUES DU TABAGISME V 4.1 CONSEQUENCES SUR L’APPAREIL RESPIRATOIRE V 4.2 CONSEQUENCES SUR L’APPAREIL CARDIOVASCULAIRE V 4.3 CONSEQUENCES AU NIVEAU DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL V 5 PREVENTION
TERMINOLOGIE MEDICALE La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 1
LA RESPIRATION Les milliers de milliards de cellules de l’organisme ont besoin d’un apport continuel de dioxygène pour accomplir les fonctions vitales. Cette consommation de dioxygène par nos cellules entraîne une production de dioxyde de carbone. Les appareils cardiovasculaire et respiratoire se partagent la responsabilité de fournir du dioxygène à l’organisme et de le débarrasser du dioxyde de carbone. Les organes de l’appareil respiratoire régissent les échanges gazeux ayant lieu entre le sang et le milieu extérieur. Les organes de l’appareil cardiovasculaire assurent le transport des gaz respiratoires entre les poumons et les cellules des tissus et inversement, en utilisant le sang comme véhicule. CHAPITRE I : ORGANISATION DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE. I 1 ANATOMIE DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE. Les organes de l’appareil respiratoire comprennent :  les voies respiratoires qui servent de conduit à l’air. Elles ont pour fonction de purifier, d’humidifier et de réchauffer l’air inspiré. Elles sont tapissées par une muqueuse. On distingue les voies aériennes supérieures et les voies aériennes inférieures.  les deux poumons, qui se logent dans les 2 cavités pleurales, sont des organes mous, spongieux et élastiques (le parenchyme pulmonaire). Le poumon gauche est divisé par des scissures en 2 lobes et le poumon droit en trois lobes. Chaque lobe étant lui-même divisé en lobules qui constituent les unités fonctionnelles. La plèvre, fine séreuse constituée de 2 feuillets l’un viscéral et l’autre pariétal, entoure et protège chaque poumon. Elle permet aux poumons de suivre les mouvements de la cage thoracique lors des mouvements respiratoires. ou fosses nasales
ou cavité buccale
plèvre
Appareil respiratoire
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 2
Structures de la zone de conduction représentées par les voies respiratoires
Voies aériennes supérieures : o fosses nasales o pharynx o larynx Voies aériennes inférieures : o trachée o arbre bronchique : des bronches principales (ou souches) aux bronchioles terminales.
Structures de la zone respiratoire appartenant aux poumons.
Le parenchyme pulmonaire comporte les alvéoles pulmonaires (dont la paroi est riche en capillaires sanguins) qui constituent la seule zone d’échange entre l’air et le sang.
Conduit alvéolaire Alvéole pulmonaire
Q1 Annoter le schéma suivant en vous aidant des informations qui précèdent :
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 3
I 2 RELATIONS VASCULAIRES CŒUR-POUMONS : Les poumons présentent une double vascularisation reliée au cœur : - la circulation systémique (ou grande circulation) - la circulation pulmonaire (ou petite circulation). La circulation systémique, se fait par les artères bronchiques issues de l’artère aorte, apporte aux poumons du sang hématosé qui a un rôle nutritionnel. Du sang non hématosé quitte les poumons par les veines bronchiques qui se déversent dans la veine cave supérieure. La circulation pulmonaire joue un rôle fonctionnel puisqu’elle permet l’hématose du sang : du sang non hématosé arrive aux poumons par l’artère pulmonaire et du sang hématosé quitte les poumons par les veines pulmonaires. Q2 Après avoir rappelé les couleurs conventionnelles du sang, légender le schéma ci-dessous : Sang hématosé :………………….. Sang non hématosé : …………….
I 3 HISTOLOGIE DES ORGANES DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE Histologie : histo-(tissu) -logie (étude de) Un tissu est un ensemble de cellules semblables qui réalisent une fonction déterminée. Q 3 Citer les 4 familles de tissus de l’organisme. ………………………………………………………………………………………………………… Famille de tissus : Caractéristiques
Constitué de cellules jointives qui reposent sur une membrane basale.
Rôles
Protection Sécrétion
Localisations
Epithéliums de revêtement et glandulaires.
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Constitué de cellules non jointives, de fibres (collagène, élastiques) et de substance fondamentale. Soutien et d’échanges Tissu conjonctif lâche ou dense Tissu adipeux Tissu cartilagineux Tissu osseux Tissu sanguin
Constitué de neurones et de cellules gliales.
Constitué de cellules contractiles ou myocytes.
Conduction de l’information nerveuse Système nerveux central et périphérique.
Mouvements de l’organisme Tissu musculaire strié squelettique. Tissu myocardique. Tissu musculaire lisse
Page 4
Muqueuse
I 3.1 HISTOLOGIE DES VOIES RESPIRATOIRES. I 3.1.1 DESCRIPTION DES STRUCTURES HISTOLOGIQUES. La trachée et les bronches possèdent un plan d’organisation commun, constitué de l’association de 4 couches concentriques :  Muqueuse  Sous-muqueuse  Tunique moyenne  Adventice TRACHEE BRONCHES BRONCHIOLES - Epithélium pseudo- Epithélium pseudo-stratifié - Epithélium simple cilié stratifié cilié cilié (disparition progressive des cils - Cellules caliciformes - Cellules caliciformes moins et des cellules caliciformes avec sécrétant du mucus nombreuses la diminution du calibre des bronchioles) - Tissu conjonctif fibreux - Tissu conjonctif fibreux - Tissu conjonctif fibreux - présence de glandes - Présence de glandes séro- Absence de glandes séroséro-muqueuses muqueuses. muqueuses sécrétant du mucus - Présence de vaisseaux - Présence de vaisseaux - Renferme également des sanguins et de muscles lisses sanguins et de muscles lisses vaisseaux sanguins et des circulaires, qui créent une en couche continue muscles lisses. bronchoconstriction ou une (disparition progressive avec broncho-dilatation. la diminution du calibre). - Une 20° d’anneaux - Plaques discontinues et - Absence de cartilage. cartilagineux incomplets circulaires de cartilage. (rendant la trachée rigide) relié par le muscle trachéal. - Tissu conjonctif - Tissu conjonctif - Tissu conjonctif Sous-muqueuse
Tunique moyenne Adventice
1 2 3 4 5
1…………………………. 2…………………………. 3………………………… 4………………………… 5………………………… La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 5
I 3.1.2 RELATIONS STRUCTURE-FONCTION. Q 4 Indiquer les fonctions assurées par les différentes structures présentées dans le tableau ci-dessous. STRUCTURES
FONCTION
Cils :
Cartilage hyalin
Tissu cartilagineux est solide (matrice riche en fibres de collagène), non calcifié et non vascularisé. Muscles lisses
Permet des contractions continues. N’est pas sous le contrôle de la volonté. Glandes exocrines sous
muqueuse muqueuse
Schéma de la muqueuse et sous muqueuse bronchique
Coupe colorée de la trachée : (c = tissu conjonctif de la sous muqueuse
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
d = acinus glandulaire)
Page 6
I 3.2 HISTOLOGIE DE LA BARRIERE ALVEOLO-CAPILLAIRE. Le parenchyme pulmonaire est constitué :  d’alvéoles dont la paroi représente une surface d’environ 200 m2 pour les 2 poumons. Les alvéoles sont formées de 2 types de cellules : - Les pneumocytes I : cellules pavimenteuses qui forment 90 % de la paroi alvéolaire. - Les pneumocytes II : cellules cubiques disséminées entre les pneumocytes I et sécrétant le surfactant. Le surfactant est un liquide aux propriétés tensio-actives et qui recouvre la face interne des alvéoles et les maintient « ouvertes » empêchant leur affaissement (= collapsus). Le surfactant empêche les alvéoles de se collaber au moment de l’expiration et facilite leur expansion lors de l’inspiration.
 De tissu conjonctif interstitiel riche en fibres élastiques (élasticité du poumon) et en capillaires sanguins. Les échanges gazeux se réalisent au niveau de la zone de contact air-sang (qui représente environ 30% de la surface alvéolaire soit 70 m2) : la barrière alvéolo-capillaire. Q5 A l’aide des informations qui précèdent annoter le schéma suivant. Q6 Localiser la barrière alvéolo-capillaire sur le schéma. Q7 Préciser la fonction de la barrière alvéolo-capillaire : Réponse ………………………………………………………………………
La paroi alvéolaire (5 à 10 μm)
La barrière alvéolo-capillaire est adaptée à la fonction d’échange gazeux du fait de sa grande surface et de sa très faible épaisseur (fusion des lames basales du pneumocyte I et de l’endothélium capillaire). La barrière alvéolo-capillaire est aussi une zone fragile, d’où l’importance des systèmes d’épuration de l’air au niveau des voies respiratoires et de la présence de macrophages qui se déplacent à la surface des alvéoles, au niveau du surfactant. La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 7
CHAPITRE II : METHODES D’EXPLORATION ET PATHOLOGIES DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE II 1 METHODES D’EXPLORATION DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE. II 1.1 IMAGERIE MEDICALE II 1.1.1 LES TECHNIQUES RADIOGRAPHIQUES Ces techniques sont basées sur l’absorption différentielle des rayons X par les organes. -
LA RADIOGRAPHIE CONVENTIONNELLE Après avoir traversé la cage thoracique, les rayons X impressionnent une plaque photographique qui est plus ou moins noircie en fonction de la densité des tissus traversés. Les tissus denses, comme l’os, absorbent les rayons X et apparaissent en clair sur les clichés. Les poumons, organes peu denses et remplis d’air, apparaissent en sombre sur les clichés. La radiographie a l’inconvénient de superposer les différents plans exposés et ne permet pas d’apprécier la profondeur des lésions.
Radiographie thoracique normale
-
LA SCANOGRAPHIE OU TOMODENSITOMETRIE. Cette technique associe radiographie et informatique. Un faisceau de rayons X de faible intensité balaye l’organisme et permet l’examen des couches successives, en révélant les détails. L’ordinateur transforme, les informations transmises, en image sous forme de coupes et permet une reconstitution des organes en 3 dimensions.
a
b
Observation d’un cancer bronchique : a) radiographie du thorax b) scanographie
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 8
II 1.1.2 UNE TECHNIQUE D’ENDOSCOPIE Définition : La fibroscopie est une méthode d’exploration visuelle de l’intérieur des conduits et des cavités de l’organisme au moyen d’un fibroscope (endoscope composé d’un conduit souple en fibre de verre, conducteur de lumière). La fibroscopie bronchique (fibrobronchoscopie) consiste à introduire un fibroscope par une narine ou par la cavité buccale. Le larynx, la trachée et les bronches sont observés progressivement. Intérêt : La fibroscopie bronchique peut être prescrite dans un but de diagnostic (observation des lésions endobronchiques, réalisation d’un prélèvement de tissu = biopsies…) ou à des fins thérapeutiques (ablation d’une lésion = exérèse). II 1.2 MESURE DES VOLUMES RESPIRATOIRES : LA SPIROMETRIE La spirométrie est la mesure des volumes respiratoires. Le sujet souffle dans un spiromètre, les mesures obtenues renseignent sur : - le volume courant (= VC), - le volume de réserve inspiratoire (= VRI) - le volume de réserve expiratoire (= VRE) - le VEMS (volume d’expiration maximal en 1 seconde). Le VEMS correspond au volume d’air expulsé au cours de la première seconde d’une expiration forcée (après une inspiration forcée). Les combinaisons (les sommes) des volumes respiratoires représentent les capacités respiratoires. Le document ci-contre représente le spirogramme d’un sujet adulte sain.
Q8 Calculer les volumes d’air représentés par : Mode de calcul Capacité pulmonaire totale VRI + VC + VRE + VR Capacité inspiratoire VRI + VC Capacité résiduelle fonctionnelle VRE + VR Capacité vitale VRI + VC + VRE
Résultats en litre
A partir du document ci-contre déterminer le VEMS : Réponse :
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 9
II 2 PATHOLOGIES LIEES A LA QUALITE DE L’AIR  BRONCHITES Définition : La bronchite est une inflammation d’un segment ou de l’ensemble de la muqueuse des bronches. On distingue 2 formes : - La bronchite aiguë : affection de courte durée. - La bronchite chronique : affection de longue durée. Classée comme BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE ou BPCO : affection définie par une élévation de la résistance à l’écoulement de l’air pendant l’expiration forcée .
Etiologie
Conséquences
Signes cliniques
Bronchite aiguë Résulte de l’inhalation d’agents infectieux, généralement d’origine virale : infection virale. L’infection virale agresse les cellules épithéliales de la trachée et des bronches et déclenche une réaction inflammatoire, responsable des douleurs et de la fièvre. Les cils de la muqueuse sont détruits ou paralysés, d’où l’encombrement des bronches et la toux. Toux, d’abord sèche et quinteuse, douleurs thoraciques et dyspnée. La toux peut devenir grasse, avec des expectorations séro-muqueuses et parfois purulentes, mais pas d’hémoptysie. Fièvre supérieure à 38°C.
Bronchite chronique Conséquences de bronchites aiguës fréquentes ou d’atteintes des voies respiratoires par des substances toxiques (comme la fumée de tabac : tabagisme et la pollution atmosphérique). L’inflammation bronchique persistante n’est généralement pas d’origine infectieuse, mais liée au tabagisme. L’accumulation de mucus, entrave la ventilation et les échanges gazeux. L’inflammation chronique des bronches provoque leur rétrécissement progressif, en grande partie irréversible, d’où la dyspnée persistante. (Peut évoluer en emphysème). Les symptômes de la bronchite persistent au moins 3 mois et depuis plus de 2 ans. Les bronchorrhées abondantes provoquent une dyspnée d’effort évoluant vers une insuffisance respiratoire chronique.
 EMPHYSEME PULMONAIRE (BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBTRUCTIVE = BPCO) Définition
L’emphysème est une pneumopathie irréversible affectant le parenchyme emphysème pulmonaire caractérisée par une distension permanente des structures respiratoires associée à une détérioration des parois alvéolaires. Sujet sain
Etiologie
Conséquences
Signes cliniques
L’emphysème est essentiellement causé par le tabagisme, il peut être d’origine génétique, mais c’est rare. Les lésions pulmonaires apparaissent suite à une bronchite chronique ou d’une BPCO ayant évolué sur plusieurs années. L’inflammation chronique entraîne une perte d’élasticité du tissu conjonctif (fibrose pulmonaire). Les alvéoles et les bronchioles respiratoires sont détruites et donnent naissance à de grandes cavités emplies d’air. dyspnée, asthénie et cyanose.
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 10
 ASTHME (BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBTRUCTIVE = BPCO) Définition
Maladie inflammatoire chronique caractérisée par une augmentation de la sensibilité de la trachée et des bronches à des stimuli variés qui induisent un rétrécissement diffus du calibre des voies respiratoires. Etiologie C’est une maladie plurifactorielle : plusieurs facteurs déclenchant comme la présence d’allergènes dans l’air (acariens, pollens …), d’agents infectieux ou de substances irritantes (fumée de tabac, pollution atmosphérique …). Des facteurs psychologiques (stress) et des efforts physiques peuvent également déclencher une crise d’asthme (facteurs génétiques prédisposant). Conséquences Diminution du calibre des bronches : bronchoconstriction due à la contraction de muscles lisses (muscles de Reissessen), et un œdème de la muqueuse bronchique avec hypersécrétion de mucus. Signes Dyspnée sifflante à l’expiration, toux et oppression thoracique. La crise survient plus cliniques fréquemment la nuit, sa durée varie de quelques heures à plusieurs jours. Traitement Eviter les facteurs déclenchant. Traitement de la crise : broncho-dilatateurs inhalés à action rapide. Traitement de fond : anti-inflammatoires et broncho-dilatateurs de longue durée d’action.
Signes cliniques
 ASBESTOSE Définition
Affection pulmonaire due à l’inhalation massive et prolongée de fibres d’amiante. Maladie professionnelle au même titre que la silicose (poussières de silice). L’amiante a été largement utilisée entre 1970 et 1990 pour fabriquer des matériaux de constructions isolants et résistants à la chaleur. Conséquences L’accumulation de fibres d’amiante induit :  une fibrose pulmonaire progressive qui est un épaississement du tissu conjonctif des poumons et de la plèvre provoquant une insuffisance respiratoire pouvant être mortelle.  Des atteintes tumorales : cancers des bronches et de la plèvre. Signes Les symptômes, apparaissent après un temps de latence de 20 à 40 ans après l’exposition cliniques à l’amiante, et se traduisent par une dyspnée évoluant vers une insuffisance respiratoire chronique pouvant être mortelle. Le risque tumoral est majoré par l’exposition à d’autres agents cancérigènes (fumée de tabac ...) La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 11
II 3 PATHOLOGIE LIEE A UN FACTEUR GENETIQUE 
MUCOVISCIDOSE (BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBTRUCTIVE = BPCO)
Définition
Maladie génétique (à transmission autosomale récessive cf. cours génétique humaine) caractérisée par un dysfonctionnement généralisé des glandes exocrines responsable d’un épaississement de leurs sécrétions.
Etiologie
Le gène muté code pour une protéine CFTR non fonctionnelle. Au niveau de la membrane plasmique des cellules, la protéine CFTR sert de canal à l’ion chlorure (Cl-) qui régularise l’entrée et la sortie de cet ion dans les cellules. Chez les patients atteints de mucoviscidose l’absence de protéine CFTR, au niveau de la membrane plasmique des cellules, diminue la sortie des ions Cl- ainsi que celle de l’eau.
Conséquence Fréquence
Signes cliniques
Production de mucus très visqueux qui obstrue les conduits naturels. En France environ 200 enfants naissent chaque année atteints de mucoviscidose (soit 1 naissance sur 4500), et le nombre de personnes malades est d’environ 5000. L’hyperviscosité du mucus gêne son écoulement, provoque des obstructions, responsables des affections des appareils respiratoire, digestif et génital. Les manifestations respiratoires sont systématiques.
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 12
CHAPITRE III : PHYSIOLOGIE DE L’APPAREIL RESPIRATOIRE III 1 PRESENTATION DES ECHANGES RESPIRATOIRES Le sang est le milieu de transport intermédiaire entre le milieu extérieur et les cellules de l’organisme. Il transporte des nutriments, des hormones, des déchets, de la chaleur et les gaz respiratoires: dioxygène (O2) et dioxyde de carbone (CO2). Des échanges gazeux sont indispensables au renouvellement des gaz sanguins. - l’O2 atmosphérique est pris en charge par le sang au niveau des alvéoles pulmonaires et transporté vers les cellules (organes). - le CO2 est pris en charge par le sang au niveau des cellules (organes) et transporté vers les alvéoles pulmonaires. On appelle hématose l’enrichissement du sang en O2 et son appauvrissement en CO2, au niveau des poumons.
échanges avec les cellules des tissus
La respiration pulmonaire n’est que la résultante des respirations cellulaires : les cellules utilisent l’O2 pour dégrader des nutriments énergétiques (ex: glucose) et produire de l’énergie (ATP). Ces oxydations engendrent la formation de CO2 + H2O. Q 9 : Ecrire l’équation bilan du catabolisme du glucose (oxydation du glucose): . La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 13
III 2 MECANISME DES ECHANGES GAZEUX On étudie la répartition des gaz dans l’appareil respiratoire et dans l’organisme. III 2.1 AU NIVEAU DES POUMONS La paroi alvéolo-capillaire sépare: - le sang provenant de l’artère pulmonaire (sang non hématosé), de - l’air alvéolaire. L’air est un mélange gazeux contenant environ : Constituant de l’air Azote Dioxygène Vapeur d’eau Dioxyde de carbone Gaz rares
Air inspiré Air expiré 79% soit PN2 = 79 kPa 79% soit PN2 = 79 kPa 20 % soit PO2 = 20 kPa 15% soit PO2 = 15 kPa 0 ,5 % Saturé 0,04 % soit PCO2 = 0,04 kPa 5% soit PCO2 = 5 kPa traces traces
La pression d’un mélange gazeux comme l’air est exprimée en kiloPascals (kPa). Elle est égale à la somme des pressions partielles des différents gaz, qui sont proportionnelles aux pourcentages des gaz du mélange. (PN2 + PO2 + PH2O + PCO2) Les seuls gaz échangés lors de la respiration sont le dioxygène et le dioxyde de carbone, le diazote n’intervient pas dans les échanges gazeux (le taux d’azote est le même dans tous les compartiments).  Le mécanisme à l’origine du déplacement d’un gaz est une diffusion. Définition : la diffusion est la tendance qu’ont les substances à se répartir uniformément dans un milieu jusqu’à obtention d’un équilibre.
Activité 1 :
.
Représenter la fin de l’expérience
Q 10 : Au début de l’expérience, dans quel compartiment la pression en O2 et en CO2 est-elle la plus forte ? Donner le sens de diffusion de chaque gaz.
Conclusion : Les échanges se réalisent donc par diffusion :
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 14
 La règle qui régit le sens de déplacement d’un gaz : un gaz diffuse d’une zone de forte pression partielle vers une zone de faible pression partielle. Il diffuse dans le sens décroissant du gradient de pression partielle.  La quantité de gaz qui diffuse est proportionnelle à la différence de pression partielle entre les 2 zones d’échanges et tend à un équilibre des pressions partielles entre ces 2 zones d’échanges. Analyser le tableau, compléter le schéma et conclure sur le sens de diffusion des gaz respiratoire au niveau des poumons. Ppartielle (kPa) pO2 pCO2
Air alvéolaire 14 5,3
Sang entrant dans les poumons (artère pulmonaire) 5,3 6,1
Sang sortant des poumons (veine pulmonaire) 14 5,3
Analyse :
Conclusion :
Ces échanges gazeux provoquent un changement du sang non hématosé (ou sang veineux, rouge foncé) en sang hématosé (ou sang artériel, rouge vif). La respiration pulmonaire provoque l’hématose : le sang entrant dans les poumons est non hématosé et le sang sortant des poumons est hématosé. Etant donné l’étendue (6OO millions d’alvéoles pulmonaires et 70 m2 de contact air-sang) et la faible épaisseur (environ 0,5 μm) de la surface d’échange, les vitesses de diffusion sont très rapides (volume diffusé: 200 à 250 ml par min d’O2 au repos) III 2.2 AU NIVEAU DES TISSUS La fine paroi des capillaires sépare le sang de la lymphe interstitielle, elle-même séparée du liquide intracellulaire par les membranes plasmiques des cellules. Analyser le tableau, compléter le schéma et conclure sur le sens de diffusion des gaz respiratoire au niveau des tissus. Ppartielle (kPa)
Cellule
pO2 pCO2
4 6,6
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Sang entrant dans les poumons (artère pulmonaire) 5,3 6,1
Sang sortant des poumons (veine pulmonaire) 14 5,3 Page 15
Analyse :
Conclusion :
L’O2 diffuse du sang vers la cellule en passant par le liquide interstitiel et le CO2 diffuse des cellules vers le sang en passant toujours par le liquide interstitiel.
La respiration cellulaire provoque un appauvrissement du sang en O2 et un enrichissement en CO2 : le sang entre dans les tissus hématosé et en sort non hématosé. La lenteur de la circulation capillaire (= microcirculation) favorise la diffusion des gaz. III 2.3 BILAN
Q11 : Analyser le tableau et en déduire le sens de diffusion des gaz au niveau pulmonaire et au niveau tissulaire. ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………..……………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 16
sang hématosé ou
ou sang non hématosé
III 3
Il existe un gradient de pression partielle des deux gaz entre les poumons et les tissus. Les gaz diffusent dans le sens de leur gradient décroissant de pression partielle.
TRANSPORT SANGUIN DES GAZ
La diffusion d’O2 et de CO2 dans des liquides (plasma, lymphe interstitielle) impose une dissolution de ces molécules. Dans 1 litre de sang, il y a environ 3ml d’O2 dissous, or 1 litre de sang apporte environ 2O0ml d’O2 aux cellules pour qu’elles maintiennent leur activité. Donc un processus complémentaire participe au transport des gaz respiratoires : la combinaison à d’autres molécules qui sont des transporteurs comme l’hémoglobine présente dans le cytoplasme des érythrocytes (= hématie). III 3.1 STRUCTURE DE L’HEMOGLOBINE L’hémoglobine est une hétéroprotéine :  Sa partie protéique est la globine, qui résulte de l’association de 4 chaînes polypeptidiques (2 chaînes 
Sa partie non protéique est l’hème. Il y a 4 hèmes par molécule d’hémoglobine et chaque hème contient un ion Fe2+ qui fixe une molécule de dioxygène de manière réversible. (Chaque chaîne polypeptidique est liée à un hème.)
STRUCTURE DE L’HEMOGLOBINE
Q 12 : Indiquer les constituants principaux de la molécule d’hémoglobine.
Q 13 : Justifier le terme hétéroprotéine qui qualifie cette molécule.
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 17
III 3.2 TRANSPORT DU DIOXYGENE  2% d’O2 dissous dans le plasma  98% d’O2 combiné à l’hémoglobine présente dans les hématies. III 3.2.1 COMBINAISON D’O2 A L’HEMOGLOBINE
La fixation d’O2 se fait sur l’hème de la molécule d’hémoglobine (sur l’ion Fe2+). Cette liaison est réversible. réaction 2
Hb + désoxyhémoglobine
4 O2 dioxygène
réaction 1
Hb(O2)4 oxyhémoglobine
 La réaction 1 (= fixation) se fait au niveau des poumons lorsque la pression partielle en O2 est élevée. alvéole
capillaire pulmonaire
air alvéoleaire
plasma
O2
hématie
hémoglobine + 4 O2 dissous
O2 dissous
oxyhémoglobine
 La réaction 2 (= dissociation) se fait au niveau des tissus lorsque la pression partielle en O2 est faible. capillaire tissulaire
plasma Hb(O2)4
liquide interstitiel
cellule
hématie 4 O2 dissous + Hb
O2 dissous
O2 dissous
O2 consommé
L’oxyhémoglobine n’est pas directement utilisable par les cellules, il s‘agit seulement d’une forme de stockage d’O2. Il existe un équilibre entre la teneur en O2 dissous du plasma et celle de l’oxyhémoglobine: si la quantité d’O2 dissous dans le plasma diminue, l’O2 contenu dans l’oxyhémoglobine se libère (dissociation de l’oxyhémoglobine) et se dissout dans le plasma. Inversement si la pression partielle en O2 augmente dans le plasma cela entraîne la formation d’oxyhémoglobine. La forme dissoute est prioritaire sur la forme combinée car c’est elle qui diffuse. La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 18
III 3.2.2 COURBE DE SATURATION DE L’HEMOGLOBINE EN DIOXYGENE (courbe de Barcroft) Le pourcentage de saturation de l’ Hb en O2 est le quotient du taux d’oxyhémoglobine sur l’hémoglobine totale. Le % de saturation de l’Hb en O2 en fonction de la PO2 est une courbe sigmoïde qui montre que la saturation de l’Hb en O2 augmente avec la PO2, mais cette augmentation n’est pas proportionnelle. Car pour des valeurs de PO2 faibles (de 0 à 2 kPa) ou fortes (de 8 à 14 kPa) la variation du % de saturation de l’Hb est faible (par exemple entre 8 et 14 kPa : 10% = 100 – 90). Alors que pour des valeurs de PO2 intermédiaires (de 2 à 8 kPa) la variation du % de saturation de l’Hb est forte soit 70% (90 – 20). L’affinité de l’Hb pour les molécules d’O2 varie selon la PO2 :

PO2 faible : Sang non hématosé
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Sang hématosé
Page 19
III 3.2.3 MODIFICATION DE LA SATURATION DE L’HEMOGLOBINE III 3.2.3.1 EXPERIENCES  Effet du CO2 Plus la PCO2 est élevée, moins il y a d’O2 fixé sur l’hémoglobine: l’affinité de l’Hb pour O2 diminue lorsque la PCO2 augmente, la dissociation de l’oxyhémoglobine est facilitée (la courbe est décalée vers la droite).
 Effet de la température Plus la t° est élevée, moins il y a d’O2 fixé sur l’Hb: l’affinité de pour O2 diminue lorsque la T° augmente, la dissociation de l’oxyhémoglobine est facilitée (la courbe est décalée vers la
 Effet du pH Plus le pH est bas, plus la courbe est décalée vers la droite donc moins d’O2 fixé à l’Hb puisque le % de saturation de l’Hb en O2 diminue : la dissociation de l’oxyhémoglobine est facilitée.
l’Hb droite).
il y a
III 3.2.3.2 TRANSPOSITION DE CES EXPERIENCES AUX ECHANGES GAZEUX PULMONAIRES ET TISSULAIRES.  Au niveau des tissus. Le métabolisme entraîne une production de chaleur, une libération de CO2 et une formation d’ions H+ (le pH diminue). Il y a donc une libération accrue d’O2 par l’oxyhémoglobine (déplacement de la courbe de saturation vers la droite) c’est l’effet Bohr. L’O2 devient ainsi disponible pour les cellules. Ce phénomène est accru au cours d’un exercice physique :
 Au niveau des poumons. La t° ainsi que la PCO2 et la concentration en ions H+ diminuent (le pH augmente) (déplacement de la courbe vers la gauche) alors le % de saturation augmente c’est l’effet Haldane qui favorise la fixation d’O2 sur l’Hb. La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 20
III 3.2.3.3 LE MONOXYDE DE CARBONE = CO, concurrent du dioxygène sur l’Hb. C’est un gaz inodore, asphyxiant, libéré au cours des combustions incomplètes (appareils de chauffage défectueux, gaz d’échappement des voitures, fumée de cigarettes…). Les molécules de CO se fixent sur l’hème (ion Fe2+) à la place des molécules d’O2. L’hémoglobine a une affinité 200 fois supérieure pour le CO que pour l’O2. Il se forme de la carboxyhémoglobine qui est un composé stable: Hb + 4 CO Hb(CO)4 Réaction irréversible à PO2 atmosphérique (traitement par oxygénothérapie des individus intoxiqués). Chez le fumeur, le % de carboxyhémoglobine peut atteindre 10% de l’Hb totale, contre 1% chez le nonfumeur. III 3.3 TRANSPORT DU DIOXYDE DE CARBONE (CO2).  5% de CO2 dissous dans le plasma  95% de CO2 combiné à d’autres molécules. III 3.3.1 FORME DISSOUTE (5%). Bien que le CO2 soit plus soluble dans l’eau que l’O2, la quantité dissoute reste faible (30ml de CO2 dissous dans un litre de sang artériel). Mais la forme dissoute est importante sur le plan fonctionnel car c’est elle qui diffuse (diffusion). III 3.3.2
FORMES COMBINEES (95%).
Le CO2 est présent dans le sang sous deux formes combinées:  Sous forme d’ions hydrogénocarbonates.  Sous forme de composés carbaminés. III 3.3.2.1 IONS HYDROGENOCARBONATES. Environ 70% du CO2 est transporté sous forme d’ions hydrogénocarbonates (HCO3-), obtenus dans le sang selon la réaction suivante : CO2
+
H2O
H2CO3 acide carbonique
HCO3+ ion hydrogénocarbonate
H+ proton
L’hydratation (combinaison avec l’eau) du CO2 conduit à la formation réversible d’acide carbonique instable qui se dissocie en anion hydrogénocarbonate et proton (qui acidifie le pH sanguin). Cette réaction de formation des ions hydrogénocarbonates se fait dans le plasma, où elle est très lente, ainsi que dans les hématies, où elle est rapide car accélérée par une enzyme nommée l’anhydrase carbonique. +  Dans le plasma, les ions hydrogénocarbonates se lient aux ions Na , il se forme de l’hydrogénocarbonate de sodium : NaHCO3 . +  Dans les hématies, les ions hydrogénocarbonates se lient aux ions potassium K , il se forme de l’hydrogénocarbonate de potassium: KHCO3. -
Remarque: l’importance de l’hydratation du CO 2 donc de la formation HCO3 augmente avec la PCO2. Ainsi une hyperventilation produit une déperdition massive de CO2 (hypocapnie) qui peut être à l’origine d’une alcalose dite respiratoire car l’équilibre de la réaction est déplacé vers la gauche. La diminution de la concentration des protons fait augmenter le pH sanguin (alcalose d’origine respiratoire). Inversement, lors d’une apnée, la rétention de CO 2 peut produire une acidose respiratoire.
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 21
III 3.3.2.2 COMPOSES CARBAMINES OU CARBAMATES Environ 25% du CO2 se trouve sous forme carbaminée. Le CO2 se fixe sur les groupements –NH2 libres des protéines.  liée à l’hémoglobine (sur la globine) dans les hématies et forme la carbaminohémoglobine Hb-NH2 + CO2 Hb-NH-COOH Carbaminohémoglobine 
ainsi qu’avec toutes les protéines plasmatiques et principalement l’albumine. Pr-NH2 + CO2 Pr-NH-COOH composés carbaminés plasmatiques
III 3.3.2.3 SCHEMAS FONCTIONNELS DES ECHANGES DE CO2  Diffusion du CO2 au niveau des tissus Q 15 : Compléter le schéma ci-dessous par les formules chimiques manquantes. capillaire tissulaire
cellule
liquide interstitiel
plasma hydrogènocarbonate de sodium
Na+ + HCO3HCO3-
……………..
+
+H ......……………………. + H2O
respiration cellulaire
………………..
CO2 dissous
CO2 dissous
K+ + HCO3-
…………
hydrogénocarbonate de potassium + enzyme + H2O CO2 dissous
HCO3- + H+
Pr-NH2
Hb
………………..
………………..
composé carbaminé
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
hématie
carbaminohémoglobine
Page 22
 Diffusion du CO2 au niveau des poumons alvéole pulmonaire
capillaire pulmonaire
plasma
air alvéolaire
hématie HCO3- + H+
HCO3- + H+
+ enzyme
+ H 2O
+ H2O
…………………..
Hb-NH-COOH
Hb hémoglobine
CO2 dissous
CO2 dissous
Pr-NH-COOH
Pr-NH2 protéine plasmatique
Q 14 Gaz et transports gazeux Les échanges de dioxygène et de dioxyde de carbone ont lieu aux niveaux tissulaire et pulmonaire. Précisez le sens de leur transport en complétant le texte ci-dessous:  Dans les poumons, l’air s’appauvrit en ..............et se charge en .............Une consommation de .............permet aux cellules d’accomplir leurs activités, par l’intermédiaire des mitochondries. Les cellules rejettent alors du ............  Le dioxyde de carbone et le dioxygène se fixent sur............................................des hématies pour donner respectivement ..........................................................et ................................................................ Q 15 Nommer les formules chimiques des molécules suivantes : Hb = ………………………………………………………………………………………………….. Hb(O2)4 =……………………………………………………………………………………………... Hb-NH-COOH =…………………………………………………………………………………….. Pr-NH-COOH =……………………………………………………………………………………… HCO3- =……………………………………………………………………………………………… H +=…………………………………………………………………………………………………… H2O =………………………………………………………………………………………………….
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 23
CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP. IV 1 QUELQUES DEFINITIONS Le métabolisme désigne l’ensemble des réactions chimiques se déroulant dans une cellule et indispensables à la vie. Il comprend : - L’anabolisme : ensemble des réactions de synthèse (ex : la synthèse des protéines à partir d’acides aminés par exemple) qui sont des réactions endergoniques, c’est-à-dire qu’elles consomment de l’énergie. - Le catabolisme : ensemble des réactions de dégradation des nutriments (glucose essentiellement) qui sont des réactions exergoniques, c’est-à-dire qu’elles libèrent de l’énergie qui permet la production d’ATP. L’ATP fait le lien entre les réactions du catabolisme et de l’anabolisme.
IV 2 L’ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE. IV 2.1 STRUCTURE DE L’ATP.
……………………………….. ………………………………… ………………………………… …………………………………
L’ATP est un nucléotide formé par l’association de 3 molécules : - 1 base azotée = l’adénine. adénosine - 1 molécule de sucre = le ribose. - 3 groupements phosphate (P) unis par des liaisons dites « riche en énergie » car, lors de leur rupture, ces liaisons libèrent de l’énergie utilisable par toutes les cellules de l’organisme. Adénosine-PPP : symbole utilisé pour matérialiser l’intérêt énergétique de la liaison.
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 24
IV 2.2 ROLE DE L’ATP « Carburant » cellulaire. C’est l’hydrolyse de l’ATP en ADP (ou adénosine diphosphate) qui fournit l’énergie utilisable par les cellules (30kJ) et du phosphate inorganique. Cette réaction est catalysée par une enzyme : l’ATPase. Ecrire l’équation d’hydrolyse de l’ATP :
La réaction inverse, c’est-à-dire la phosphorylation de l’ADP, qui permet la synthèse d’ATP, est possible grâce au couplage avec une réaction exergonique du catabolisme (dégradation du glucose par exemple).
L’ATP est utilisé dans tous les processus cellulaires nécessitant de l’énergie : contraction musculaire, anabolisme, transports actifs…. La cellule ne stocke pas l’ATP et donc le régénère au fur et à mesure de son utilisation.
IV 2.3 SYNTHESE D’ATP.
La synthèse d’ATP est réalisée à partir de réaction de catabolisme dont le principal substrat est le glucose mais aussi les acides gras. (Exceptionnellement les acides aminés en absence de glucose ou d’acides gras.
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 25
IV 2.3.1 CATABOLISME DU GLUCOSE A partir du graphique déterminer comment l’O2 intervient dans la production d’ATP.
En présence de dioxygène (en aérobiose) la dégradation du glucose est complète et l’ensemble des réactions mises en jeu constitue la respiration cellulaire. Ecrire l’équation bilan :
En absence de dioxygène (en anaérobiose) la dégradation du glucose est incomplète et l’ensemble des réactions mises en jeu constitue la fermentation cellulaire. Plusieurs étapes sont nécessaires à la dégradation du glucose : Etapes de la dégradation incomplète du glucose en Etapes de la dégradation complète du glucose en anaérobiose : fermentation aérobiose : respiration cellulaire Noms des étapes Localisation cellulaire Nom des étapes Localisation cellulaire  
Glycolyse Fermentation lactique
Cytoplasme Cytoplasme
  
Glycolyse Cycle de Krebs Phosphorylation oxydative
Cytoplasme Matrice mitochondriale Membrane interne des mitochondries
Activité : la production d’énergie par les mitochondries Les mitochondries sont des organites inégalement répartis dans les cellules : - Leur nombre varie de quelques unités (adipocytes) à plusieurs milliers (fibres musculaires). - Leur nombres et leur taille s’accroissent si le muscle est très actif. - Elles sont concentrées à proximité des myofibrilles dans les fibres musculaires. Expérience 1 : on teste la production d’ATP par une suspension de mitochondries incubées en présence d’ADP et d’ions phosphates minéraux. Analyse :
Interprétation :
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 26
Expérience 2 : les mitochondries sont fractionnées par des techniques de lyse contrôlée et de centrifugation. On obtient les résultats suivants. On recherche la production d’ATP par les différentes fractions mitochondriales obtenues. L’incubation se fait en présence de dioxygène, l’expérience comporte deux parties.
Partie 1 : le milieu réaction contient de l’acide pyruvique et du NAD+. Suspension 1 Membrane externe de la mitochondrie aérobiose Pas d’ATP
Suspension 2 Matrice mitochondriale
Suspension 3 Membrane interne de la mitochondrie (crêtes mitochondriales sous forme de vésicules closes)
ATP (+)
Pas d’ATP
 dégagement de CO2 et libération de NADH, H+ Partie 2 : le milieu réactionnel contient du NADH,H+. Suspension 1 Membrane externe de la mitochondrie aérobiose Pas d’ATP
Suspension 2 Matrice mitochondriale Pas d’ATP
Suspension 3 Membrane interne de la mitochondrie (crêtes mitochondriales sous forme de vésicules closes) ATP (+++)  production d’eau et Libération de NAD+.
Déduire le rôle des mitochondries :
A partir des résultats de l’expérience 1, indiquer les conditions de production d’ATP par les mitochondries.
Localiser les sites de productions d’ATP ainsi que la respiration cellulaire dans la mitochondrie.
Préciser les rôles des différents compartiments de la mitochondrie.
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 27
IV 2.3.1.1 CATABOLISME DU GLUCOSE EN AEROBIOSE : RESPIRATION CELLULAIRE. 
1°étape : LA GLYCOLYSE Cette étape se déroule en absence de dioxygène et est commune à la respiration cellulaire et à la fermentation lactique. Elle comporte une série de 9 réactions (catalysées par des enzymes) qui aboutit à la formation : 2 molécules d’acide pyruvique (molécule à 3 atomes de carbone) 2 molécules d’ATP 2 molécules NADH + H+ qui est la forme réduite du NAD+ : coenzyme spécialisé dans le transport de protons H+ et d’électrons. Réduction : 2 H+ + 2 eNAD+ État oxydé
2 H+ + 2 e- : Oxydation
NADH + H+ Etat réduit
On appelle oxydation une perte d’électrons, réduction un gain d’électrons. (On peut exprimer l’oxydation de 3 manières différentes : fixation d’oxygène, départ d’hydrogène ou perte d’électron).
Equation bilan : Glucose +
2 NAD+
2 acide pyruvique + +
Transporteur oxydé : T

2 (ADP + Pi)
2 ATP
2 (NADH + H+) +
Transporteur réduit : TH, H
2° étape : CYCLE DE KREBS Rappel : La mitochondrie est l’organite indispensable à la respiration cellulaire. La membrane interne forme des replis : les crêtes mitochondriales qui portent des sphères pédonculées. Les sphères pédonculées contiennent des enzymes : les ATP synthétases et la chaîne respiratoire. La chaîne respiratoire est constituée d’un ensemble de molécules formant une chaîne de transporteurs d’électrons. Le transfert d’e- d’une molécule à l’autre se fait par une réaction d’oxydoréduction.
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 28
Les mitochondries possèdent leur propre matériel génétique (ADN, ARN) et leurs ribosomes. Elles se reproduisent afin d’augmenter leur nombre lorsque les besoins en ATP augmentent dans la cellule.
L’acide pyruvique pénètre dans la matrice mitochondriale. Il perd un CO2 (décarboxylation), un atome d’hydrogène (déshydrogénation) s’associe au coenzyme A et forme l’acétyl CoA : composé à 2 carbones. L’acétyl CoA entre dans le cycle de Krebs en se fixant sur un composé à 4 carbones qui est régénéré en fin de cycle. Au cours du cycle de Krebs, se produisent des réactions de déshydrogénations (perte d’hydrogène) et de décarboxylations (perte de CO2). Les molécules de transporteurs de protons et électrons (NAD+ et FAD+) prennent en charge les protons et les électrons produits lors des déshydrogénations (oxydations) et sont réduites (NADH2 + FADH2). Les réactions de décarboxylation produisent des molécules de CO2 qui diffusent dans le cytosol puis dans le liquide interstitiel et dans le sang. L’énergie libérée au cours de ces réactions permet la formation de 2 molécules d’ATP. Bilan : 2 ATP, transporteurs réduits et CO2 sont formés. 
3° étape : PHOSPHORYLATION OXYDATIVE. Les transporteurs de protons et d’électrons (NADH2 et FADH2) libèrent les H+ et les e- transportés au niveau de la chaîne respiratoire. Ce qui permet de les régénérer sous la forme oxydée réutilisable (NAD+ et FAD+). La chaîne respiratoire prend en charge les e- et les conduit jusqu’à l’accepteur final qui est le dioxygène ce qui permet la formation d’une molécule d’eau : O2 + 2 e- + 2 H+
H2O
-
L’énergie perdue par les e durant leur passage dans la chaîne respiratoire est utilisée pour faire passer les ions H+ de la matrice mitochondriale vers l’espace inter-membranaire où ils se concentrent. Ce qui crée un gradient de proton (gradient électrochimique) de part et d’autre de la membrane interne. Le retour des ions H+ vers la matrice mitochondriale se fait en traversant les sphères pédonculées. Ce transfert de H+ permet l’activation des ATP synthétases et la formation d’ATP, en quantité importante, se réalise à partir ADP + Pi.
TH2
Production d’ATP grâce aux transporteurs réduits (=TH2)
Au final, le catabolisme d’une molécule de glucose permet la formation 38 molécules d’ATP, 36 provenant de la mitochondrie et 2 du cytosol.
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 29
IV 2.3.1.2 CATABOLISME DU GLUCOSE EN ANAEROBIOSE : FERMENTATION LACTIQUE
La dégradation du glucose commence par la glycolyse. Mais en absence de dioxygène l’acide pyruvique formé au cours de la glycolyse est transformé en acide lactique. Cette réaction permet de régénérer le NAD+ (transporteur oxydé) à partir du NADH + H+ (transporteur réduit) formé au cours de la glycolyse. Acide pyruvique
Acide lactique NADH + H
+
+
NAD
La fermentation lactique a lieu dans les cellules musculaires lors d’un effort physique intense, lorsque le dioxygène devient insuffisant (hypoxie). Bilan : Le processus de fermentation d’une molécule de glucose aboutit à la synthèse de 2 molécules d’ATP et à la production d’acide lactique. L’acide lactique peut être utilisé par le foie pour former du glycogène (néoglucogenèse). Remarque : il existe d’autres types de fermentation notamment chez les levures (fermentation alcoolique, fermentation butyrique). Le type de fermentation dépend du résidu formé : l’alcool éthylique est formé au cours de la fermentation alcoolique qui permet la production de boissons alcoolisées (vins, bière …) Q 16 : Compléter le tableau. Substances obtenues au cours de la dégradation d’une molécule de glucose en absence de dioxygène
Substances obtenues au cours de la dégradation d’une molécule de glucose en présence de dioxygène
Q 17 : Que concluez-vous en ce qui concerne le bilan énergétique ?
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 30
Schéma récapitulatif de la dégradation du glucose
La dégradation en aérobie du glucose. Nommer les principales étapes, leurs localisations et les molécules concernées pour lesquelles vous indiquerez leur nombre de carbone, lorsque cela est possible.
La dégradation en anaérobie du glucose. Nommer les principales étapes, leurs localisations et les molécules concernées pour lesquelles vous indiquerez leur nombre de carbone, lorsque cela est possible.
IV 2.3.2 LE CATABOLISME DES LIPIDES ET DES PROTIDES. En absence de glucose les acides gras et exceptionnellement les acides aminés peuvent être des substrats énergétiques. Leurs catabolismes convergent vers l’acétyl CoA, soit directement, soit par l’intermédiaire de l’acide pyruvique.
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 31
CHAPITRE V : LE TABAGISME, UNE TOXICOMANIE V 1 EPIDEMIOLOGIE Le tabagisme n’est pas une maladie mais un comportement, il se définit comme l’intoxication provoquée par l’abus de tabac. Les facteurs favorisant le tabagisme sont d’ordre, socioculturels familiaux et psychologiques. Dans le monde, on dénombre actuellement environ un milliard de fumeurs, dont un tiers en Chine, et cinq millions de personnes meurent chaque année à cause du tabac. En France, environ de la population adulte fume régulièrement (13,5 millions de personnes), l’âge moyen d’initiation (1° cigarette) est de 11 ans. Le tabagisme fait environ 165 morts par jour soit 60000 par an. Répartition des fumeurs, en France, en fonction de l’âge et du sexe. Q 19 Analyser le doc ci-contre et indiquer dans quelle tranche d’âge les fumeuses sont le plus nombreuses que les fumeurs.
Répartition des causes de mortalité liées au tabagisme actif en France
V 2 LES DEUX FORMES DE TABAGISME : ACTIF ET PASSIF Le tabagisme passif est le fait d’être exposé à la fumée de tabac provenant de la consommation de l’entourage. La fumée inhalée par le fumeur passif est un mélange de fumée émanant du tabac en combustion (= courant secondaire) et de fumée expirée par le fumeur (= courant tertiaire).
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 32
Q 19 : Définir le tabagisme actif et indiquer à quels courants de fumée le fumeur actif est exposé. ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… V 3 LES CONSTITUANTS PRINCIPAUX DE LA FUMEE La fumée de tabac est constituée d’un mélange gazeux et de particules dont le diamètre est compris entre 0,1 µm et 1µm. La fumée de tabac contient plus de 4000 substances. Les plus dangereux des 4000 composants toxiques de la fumée de tabac sont :  Le monoxyde de carbone, qui est un facteur d’hypoxie car il se lie à l’hémoglobine prenant la place du dioxygène et forme la carboxyhémoglobine. Il se lie également à la myoglobine des cellules musculaires, principalement cardiaque, réduisant la capacité à l’effort.  La nicotine, qui atteint en 7 secondes les récepteurs cérébraux où elle se fixe. Elle est responsable de la dépendance au tabac car elle stimule ou module la libération de nombreux neurotransmetteurs.  Les goudrons qui sont cancérigènes  les substances irritantes responsables des affections respiratoires (bronchite chronique évoluant vers l’insuffisance respiratoire). V 4 CONSEQUENCES PHYSIOLOGIQUES DU TABAGISME. Le tabagisme est asymptomatique pendant de nombreuses années. Lorsque les complications apparaissent elles sont essentiellement respiratoires et cardio-vasculaires. V 4.1 CONSEQUENCES SUR L’APPAREIL RESPIRATOIRE. Les 1° manifestations sont des troubles respiratoires : dyspnée d’effort, toux, voix éraillée, augmentation de la sensibilité aux infections hivernales… Plus tard, peuvent apparaître des BPCO (bronchites chroniques évoluant en emphysème) ou des cancers des voies aériennes (et digestives supérieures si associé à l’alcoolisme : cancers de la langue ou de l’œsophage).
Bronchite chronique Emphysème
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 33
V 4.2 CONSEQUENCES SUR L’APPAREIL CARDIOVASCULAIRE. L’insuffisance respiratoire fatigue le cœur et provoque une insuffisance cardiaque. L’hypoxémie, due au monoxyde de carbone, provoque une hypoxie à l’effort se manifestant par des précordialgies (angor). La nicotine entraîne une augmentation de la fréquence cardiaque (tachycardie), favorise les thromboses, l’athérosclérose et ses complications : artérite des membres inférieurs, angor, infarctus du myocarde. V 4.3 CONSEQUENCES AU NIVEAU DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL. La nicotine engendre un phénomène de dépendance en quelques jours. Elle atteint les récepteurs cérébraux en 7 secondes et a un effet stimulant (libération d’adrénaline) et antidépresseur. La diminution de la nicotinémie déclenche l’envie de fumer. En absence prolongée de nicotine, le fumeur est en état de manque. V 5 PREVENTIONS  Prévention primaire. Education, information et législation : Loi Evin - augmentation du prix du tabac depuis 1991, interdiction de fumer dans les espaces publics depuis 1992, interdiction de publicité depuis 1993.  Prévention secondaire. Dépistage. Cure de désintoxication.  Prévention tertiaire. Traitements des affections provoquées par le tabagisme.
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
Page 34
TERMINOLOGIE MEDICALE

RACINES ET SUFFIXE EN RELATION AVEC LA RESPIRATION.
RACINE Bronch(o) Laryng(o) Nas(o) Pleur(o) -pnée

SENS Bronche Larynx Nez Plèvre Respiration
RACINE Pneum(o) Pulm(o) Rhin(o) Spir(o) Traché(o)
SENS Poumons, air Poumons Nez Respiration trachée
DEFINITION DE TERMES MEDICAUX EN RELATION AVEC LA RESPIRATION.
TERME OU EXPRESSION Anoxémie
a- : sans (absence)
Oxy- : dioxygène
Anoxie
a- : sans (absence)
Oxy- : dioxygène
Apnée
a- : sans (absence)
-pnée : respiration
Brady- : lent
-pnée : respiration
Bradypnée
PREFIXE
Bronchiolite Bronchite Bronchorrhée
Cyanose
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
RACINE
SUFFIXE -émie : sang
Bronchi(o) : bronchiole Bronch(o) : bronche Bronch(o) : bronche
-ite : inflammation
Cyan(o) : bleu
-ose : état
-ite : inflammation -rrhée : écoulement
DEFINITION absence d’O2 dans le sang (hypoxémie sévère). absence ou interruption d’apport d’O2 aux tissus (due à une hypoxémie) arrêt temporaire de la respiration. respiration anormalement lente. inflammation des bronchioles. inflammation des bronches. hypersécrétion de mucus bronchique entraînant toux et difficultés respiratoires. coloration bleue violette de la peau et des muqueuses due à un manque de dioxygène dans le sang. Page 35
Dyspnée
Dys- : difficulté
-pnée : respiration
Eupnée
Eu- : bien
-pnée : respiration
Expectorations Hématose
Ex- : hors de Hémat(o) : sang
Hémoptysie
Hém(o) : sang
Hypercapnie
Hyper- : trop
Capnie : dioxyde de carbone.
Hypocapnie
Hypo- : pas assez.
Capnie : dioxyde de carbone.
Hypoxémie
Hypo- : pas assez.
Hypoxie
Hypo- : pas assez.
Ischémie
Pneumopathie
Tachypnée
-ose : état
Tachy- : rapide
La respiration - Terminale ST2S - 2012/2013
-émie : sang
Isch(o) : arrêt, interruption
-émie : sang
Pneum(o) : poumon
-pathie : maladie
-pnée : respiration
difficulté à respirer. respiration normale. crachat oxygénation du sang au niveau des alvéoles pulmonaires. crachement de sang provenant des voies respiratoires. augmentation de la teneur du sang artériel en CO2 diminution de la teneur du sang artériel en CO2 diminution de l’O2 dans le sang artériel diminution de l’apport de dioxygène au niveau d’un tissu ou d’un organe. Diminution ou arrêt de la circulation artérielle dans un territoire localisé. terme générique de toutes les affections des poumons. accélération du rythme respiratoire.
Page 36


Girl online and hitch get acquainted



Girl online and hitch get acquainted



Girl online and hitch get acquainted





Related news

One direction banquet records kingston
Nerf vortex praxis modification vs accommodation
Rocks coolum beach accommodation
Se que es tarde ya para pedir perdon skagit
Revistas de moda y belleza en argentina los negros
Dios osamodas dragon
Tank car fire quebec
Lociones de moda para hombre 2019 impala